<i>Privacy</i> de Warme Winkel & Wunderbaum Privacy de Warme Winkel & Wunderbaum © Dorothea Tuch
Critiques Théâtre

Privacy

Reste-t-il un peu d’érotisme dans un monde hyperconnecté où la vie privée ne semble plus connaître de frontières ? En couple sur scène et dans la vie, Ward et Wine mettent en scène leur vie sexuelle face à un public qui n’a pas tardé à se laisser séduire.

Par Flora Moricet publié le 5 déc. 2017

Privacy s'ouvre d'emblée sur une mise à nu avec la présentation de l'ingénieur du son et musicien à la voix chevrotante. Le chanteur romantique et timide rythmera le duo hollandais tout au long du spectacle. Un superbe rideau-écran sépare la chambre à coucher diffusant un goulu baiser échangé entre Ward et Wine. Le couple de performeurs se présente ensuite sous les traits déjantés de Yoko Ono et John Lennon. Peut-on amener la paix dans le monde depuis son lit conjugal, se demandent-ils, et pourquoi le couple d'artistes n'est-il pas allé la chercher sur le terrain au Vietnam ?

Sur le terrain, le couple flamand y va. Les masques tombent, la scène devient de plus en plus le lieu du règlement de comptes. Ward et Wine racontent leur rencontre et leur première fois avec panache et dérision. Après avoir vu le sexe de Ward 130 fois sur scène, lorsqu'elle le découvre dans l'intimité, Wine éprouve la sensation étrange de se retrouver dans une obscure galerie d'art. Le couple se rapproche de plus en plus du public et se livre jusqu'à une puissante confession sur l'impossibilité d'avoir un enfant. C'est encore drôle et touchant. L'autodérision n’est jamais loin pour mettre inlassablement en exergue la distance qui sépare le spectateur du voyeur, l’artiste de l’exhibitionniste. Dans la pénombre, Ward et Wine finissent par raconter leurs premières amours dans un français irrésistible emportant définitivement la complicité du public.

Privacy est moins une pièce sur l’hystérisation des corps que sur la part de fragilité dans la confidence et de plaisir dans le non-dit. Charriant l'embarras et le voyeurisme des spectateurs, la pièce se charge finalement de délicatesse et de nostalgie.

 

 

> Privacy de Warme Winkel & Wunderbaum a eu lieu les 21 et 22 novembre au théâtre de La Villette, Paris